Conseils & Astuces Poules

Si vous avez décidé d’accueillir l’une de ces sympathiques poulettes dans votre maison, mais que vous n’avez jamais eu affaire à eux ou à leur entretien, vous vous demandez peut-être ce que mangent les poules. La réponse est un peu plus complexe que “grain”, car il s’agit d’animaux ayant des besoins spécifiques à tous les niveaux.

Dans cet espace, vous découvrirez la partie de leurs soins qui correspond à leur régime alimentaire. Bien qu’il soit facile de nourrir ces oiseaux, il vous faudra d’abord trouver la meilleure nourriture et l’équilibrer en fonction des besoins de chaque poule, alors ne manquez pas ce qui suit.

L'alimentation des poules pondeuses

Si vous faites une petite recherche sur le web, vous serez submergé par le nombre d’options que vous trouverez. Ainsi, avant d’opter pour un produit ou un autre, la première chose à savoir est de connaître les besoins nutritionnels de cette espèce. Voici un résumé complet.

Les protéines

Cette section est particulièrement importante pour les poules, car elles pondent des œufs et cela représente pour elles une énorme dépense d’énergie et de nutriments (c’est comme accoucher tous les jours, pour vous donner une idée). Un bon moyen de compenser cela est de leur faire manger leurs propres œufs mélangés à des aliments et des légumes.

Une autre méthode consiste à ajouter des graines de soja au mélange de céréales pour augmenter la charge protéique de l’aliment. Les pois chiches cuits sont une autre bonne source de ce nutriment, mais doivent être proposés avec modération pour éviter la prise de poids.

maman-poule-avec-ses-poussins

Les grains

Les céréales que l’on peut proposer aux poules et aux coqs comprennent toutes les petites graines dures de la famille des graminées, comme l’avoine, le maïs ou le blé. C’est une bonne source de vitamines et de minéraux et elle a l’avantage d’enrichir l’environnement, car vous pouvez la disperser sur le sol pour qu’ils s’amusent à la picorer.

Les légumes frais

Le reste des vitamines et minéraux nécessaires à la bonne santé de ces oiseaux se trouve dans une ration quotidienne de légumes frais. S’ils vivent à l’extérieur et ont de l’herbe à disposition, une partie de ces besoins sera couverte, mais vous devrez tout de même leur proposer une plus grande variété de légumes.

Les épinards, les pousses de laitue, les blettes, les feuilles de carotte et autres légumes verts sont de bons choix. En été, il est bon de proposer des fruits frais qui contiennent beaucoup d’eau, comme la pastèque, pour lutter contre la chaleur.

La terre

Oui, vous avez bien lu. Les poules et les coqs consomment de petits cailloux pour faciliter la digestion, car ils ne sont pas capables de mâcher leur nourriture. Si vos oiseaux vivent à l’extérieur, ils puiseront la terre dans leur environnement, mais si vous les gardez à l’intérieur, vous devez leur fournir du sable dur spécialement conçu à cet effet.

Les compléments alimentaires

En plus de ce mélange de légumes, de céréales et de protéines, il est idéal de donner des compléments aux poules. Les femelles qui pondent des œufs ont besoin d’un supplément de calcium pour éviter des problèmes tels que l’ostéoporose ou une ponte difficile, car elles consomment beaucoup de ce minéral pour former la coquille.

Les poules peuvent également avoir besoin d’un supplément de vitamine D si elles vivent à l’intérieur ou dans des climats où les journées ensoleillées sont rares. Toutefois, veillez à ce que vos oiseaux profitent d’un bon ensoleillement quotidien : en plus de synthétiser de la vitamine D, elles s’amuseront.

L'eau

Même si cela peut sembler évident, les poules ont besoin d’eau fraîche tous les jours. C’est une bonne idée d’investir dans une fontaine qui maintient l’eau en mouvement, car de cette façon elle sera propre et vous n’aurez pas besoin de la changer aussi souvent.

En été, l’eau propre et fraîche est le principal outil pour éviter le stress thermique. Gardez toujours les récipients à l’ombre pour éviter qu’ils ne chauffent. En hiver, en revanche, videz tous les abreuvoirs extérieurs pour éviter qu’ils ne gèlent et remplissez-les à nouveau dans la journée.

Choisir le bon mélange de grains / céréales

Décider de ce qu’il faut donner à manger à ses poules n’est pas chose aisée. D’une part, les aliments naturels sont exempts d’additifs et de traitements chimiques, mais d’autre part, les aliments préparés contiennent généralement tous les nutriments dont l’oiseau a besoin.

Si vous choisissez des aliments pour animaux, assurez-vous qu’ils sont équilibrés et qu’ils ne sont pas destinés aux animaux d’élevage, car ces derniers sont destinés à accélérer la croissance et l’engraissement, et non à une alimentation correcte. Cette option est moins chère et plus facile à offrir à vos poules, mais vous devrez toujours leur donner de la nourriture fraîche tous les jours (bien qu’en plus petites proportions).

Si vous optez pour un régime naturel, vous devriez idéalement demander l’aide de votre vétérinaire pour préparer un régime adapté à vos poulets. C’est une façon plus complexe de les nourrir, mais beaucoup plus saine et hautement recommandée si vous avez peu d’oiseaux.

poules-qui-picorent-sur-herbe

Substances toxiques pour les poules

Une partie essentielle de la découverte de ce que mangent les poulets est la toxicité. Surtout s’ils vivent à l’extérieur, vous devrez veiller à ce que leur environnement et leur sol soient exempts de certaines plantes et matières. Voici les exemples les plus courants :

– Les algues : les algues qui poussent dans les eaux stagnantes contiennent une toxine qui rend les poulets malades. C’est pourquoi il est si important de garder vos abreuvoirs propres.
– Scarabée vésiculeux (famille des Meloidae) : cette famille de coléoptères contient une toxine qui affecte les poulets. Ils peuvent facilement être picorés et mangés pendant qu’ils cherchent de la nourriture, alors essayez de les éloigner de leur enclos.
– Cèdre et pin : Si vous utilisez des copeaux de bois pour les enclos des poules, assurez-vous qu’ils ne proviennent pas de l’un de ces deux arbres, car ils provoquent des problèmes respiratoires. Si vous avez un jardin, ne les plantez pas non plus, car ils risquent de picorer l’écorce.
– Sulfate de cuivre : cette substance est utilisée pour traiter les champignons sur les cultures, évitez-la donc si vous comptez nourrir vos poulets avec des légumes de votre propre jardin.
– Moisissure : ne proposez jamais d’aliments moisis à vos oiseaux, car cette famille de champignons contient des aflatoxines, qui sont très dangereuses pour les poulets.
– Le sel : en grande quantité, le sel peut empoisonner une poule, provoquant un gonflement abdominal, une déshydratation, une diarrhée, une faiblesse et même la mort.
– L’avocat : ce fruit contient de la persine, une substance qui, en grande quantité, est fatale pour les poulets.
– Le chocolat : la caféine et la théobromine contenues dans le cacao sont toutes deux toxiques pour ces oiseaux.
– Aubergines et pommes de terre vertes : ces 2 aliments contiennent de la solanine, qui est toxique pour les oiseaux. En général, tous les légumes non mûrs contiennent cette substance, évitez donc de les inclure dans votre régime alimentaire.
– Oignon : ce tubercule contient du thiosulfate et d’autres substances qui provoquent l’anémie.
– Haricots crus : ils doivent toujours être proposés cuits et en petites quantités. Les haricots crus contiennent de la phytohémagglutinine, qui est toxique.
Les feuilles d’épinards et de rhubarbe : ces 2 feuilles contiennent des oxalates, des substances qui contribuent à la formation de calculs urinaires ou d’autres problèmes de santé. Ils doivent être proposés en petites quantités.

N'oubliez pas de consulter votre vétérinaire

Maintenant que vous avez fait vos recherches sur ce que mangent les poules, la dernière étape consiste à demander l’aide de votre professionnel des animaux exotiques, car le soin de ces animaux nécessite l’aide d’un expert. En outre, selon la race de la poule, les besoins peuvent changer.

Par exemple, une race élevée pour la ponte des œufs aura besoin de plus de calcium qu’une race sauvée d’un élevage de viande, qui nécessitera un apport calorique moindre. Ces animaux comptent parmi les plus maltraités du secteur et sont mal compris par le grand public. Votre bonne action doit donc être accompagnée d’une bonne dose d’informations.

0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.